Des arbres bienveillants : de la sylvothérapie à « l’internet végétal ».

Un son. Des sons. Une onde se lève poussée par le vent. D’abord chuchotement, elle devient bruissement. Chaque feuille de chaque arbre se laisse chatouiller par la langue joueuse du vent. Telles des clochettes, elles se trémoussent.

Une couleur. Des couleurs. Jaune. Vert. Blanc. Vert. Marron. Orange. Vert. Violet. Rouge. Vert. Elles m’entourent. Une abeille butine le violet. Un bourdon renifle le blanc. Un papillon effleure le jaune. Un oiseau sautille de marron en marron. Une sauterelle se cache dans le vert. Une coccinelle se fond dans le rouge, tandis que des moucherons tournoient autour de l’orange.

Croassement. Vrombissement. Sifflement.

L’herbe me pique les pieds et une fourmi explore ma jambe. Aaaaaaah (soupire). Je me sens beaucoup mieux. Je laisse mes poumons se remplir d’air. Je me sens bien. Une branche me protège de la chaleur du disque lumineux. Alors que je l’observe, un article lu la semaine dernière me revient en tête. Une histoire de molécules sécrétées par les arbres et ayant des propriétés calmantes pour les humains.

Selon le docteur Qing Li, membre fondateur de la société japonaise de sylvothérapie et auteur de « Shinrin Yoku, l’art et la science du bain de forêt” (Editions First), les arbres libéreraient des phytoncides, des molécules qui auraient beaucoup de bienfaits pour les humains. Mais à part l’étude de ce Dr. Qing Li qui reste assez limitée, impossible de trouver d’autres articles sur le sujet. Puis en passant de lien en lien, je tombe sur l’article de Cécile Thibert qui démonte un à un les arguments de ce médecin japonais. Je t’épargne les détails de son argumentation. Finalement, je ne sais pas qui a raison.

Mais bon, ce qui est certain, d’après mes expériences de balade en forêt, c’est qu’être entourée de verdure m’apaise et que nos amis les arbres me redonnent le sourire. Et parfois je l’oublie. Vivre entouré d’immeubles et loin d’une forêt, déconnecte de cette source d’apaisement. Alors, je tenais à te le rappeler, si toi aussi il t’arrive de troquer la balade par une série. Je t’assure, Netflix n’est pas toujours la meilleure solution pour se vider l’esprit. Les arbres ne sont jamais loin et ils seront toujours là si tu veux les serrer dans tes bras (certaines personnes doivent me prendre pour une folle) ou juste les admirer.

Parce qu’il y a de quoi les admirer.

D’autres scientifiques commencent à démontrer l’intelligence des arbres. Chaque membre d’une forêt serait interconnecté aux autres et pourrait communiquer directement avec eux. Au point que le documentaire Le Murmure de la forêt (2019) parle d’ “internet végétal”. Cette expression cherche à désigner le réseau mycorhizien qui relierait l’ensemble des racines des arbres grâce à des champignons. Le forestier Peter Wohlleben affirme que les arbres parlent entre eux et peuvent, par exemple, prévenir leurs congénères qu’une attaque d’insectes a lieu pour qu’ils se protègent. Il y aurait aussi des “mamans-arbres” qui auraient la capacité de soutenir leurs jeunes plants en échangeant avec eux à travers leurs racines.

Les arbres cachent bien leur jeu. Ce sont peut-être eux qui nous observent et non l’inverse finalement …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :